SENEWCOM TV

LEGISLATIVES 2022

EN DIRECT

SENEWCOM TV

RADIO SENEWCOM

SENEGAL-REVUE DE PRESSE : LES JOURNAUX COMMENTENT LES CONTENTIEUX CONSÉCUTIFS AU DÉPÔT DES LISTES DE CANDIDATURE AUX ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

Dakar, 19 mai 2022.

 

Les contentieux découlant du dépôt des listes de candidature aux élections législatives du 31 juillet prochain sont le sujet le plus commenté par les quotidiens, qui sont préoccupés aussi par le renvoi du délibéré du procès de Barthélémy Dias pour la mort du jeune Ndiaga Diouf.

 

“La coalition [Yewwi Askan Wi] exige la validation de sa liste à Dakar et le rejet de celle de Benno Bokk Yaakaar”, rapporte L’Observateur.

 

“L’opposition a déposé (…) des recours au Conseil constitutionnel pour contester le rejet de certaines listes et demander que la liste de Benno Bokk Yaakaar soit déclarée irrecevable”, ajoute-t-il.

 

Le spécialiste des élections Babacar Fall, interrogé par L’Observateur, affirme que les recours déposés auprès du Conseil constitutionnel peuvent ne pas avoir un impact sur le processus électoral.

 

“Sonko joue son va-tout”, titre EnQuête. Il annonce, comme d’autres journaux, un rassemblement prévu dans les jours à venir, à l’initiative de YAW, en guise de protestation contre le rejet de sa liste de candidature à l’élection des députés de Dakar.

 

“Les coalitions en lice pour les élections législatives n’ont aucune intention de se faire des cadeaux (…) BBY multiplie les sorties (…) pour que la liste de YAW à Dakar soit déclarée [définitivement] irrecevable.

 

Ousmane Sonko, de son côté, engage le combat pour que la liste de BBY soit invalidée pour non-respect des dispositions du parrainage”, lit-on dans EnQuête.

 

La polémique consécutive au dépôt des listes de candidature est l’occasion pour Le Vrai Journal d’analyser le parcours politique du député Ousmane Sonko, maire de Ziguinchor (sud).

 

“Son étoile a par la suite pâli”, après une “ascension fulgurante entre 2017 et 2019”, fait remarquer le journal en rappelant les accusations de viol concernant le parlementaire, “la révélation de l’élection présidentielle de 2019”, avec 15 % des voix.

 

L’invalidation de la liste de YAW par la Direction générale des élections a entraîné une brouille entre Ousmane Sonko et le Collectif des organisations de la société civile pour les élections (COSCE), selon Tribune.

“Reprochant au maire de Ziguinchor d’accuser la société civile d’être à la solde du président Macky Sall”, note le journal, la COSCE dénonce des “accusations graves, infondées, disproportionnées, inacceptables, voire inexcusables”.

“Si le pouvoir traîne une vilaine affaire de surplus de parrainages, motif d’invalidation de la liste de BBY sur l’étendue du territoire national (de l’avis de l’opposition), YAW, empêtrée dans une affaire d’escroquerie politique et de copinage, est au bord de l’implosion”, résume Kritik’.

 

WalfQuotidien est d’avis que “tous ces problèmes (…) relèvent de la complexité du parrainage (…) que le régime de Macky Sall a instauré pour faire barrage à la ’pléthore’ de candidatures et aux candidatures ’farfelues’”.

“Volonté d’apaisement”

Dans ce climat tendu, Macky Sall prépare une lettre destinée aux militants de BBY. Une lettre dans le but de “tout faire pour éviter des frustrations qui pourraient conduire à un vote-sanction” aux élections législatives, ajoute le journal.

Le leader de BBY veut, avec cette correspondance, faire en sorte que ses militants “ne se découragent pas et ne se démobilisent pas”, selon Le Quotidien.

 

La cour d’appel de Dakar a décidé de reporter au 21 septembre prochain le délibéré du procès de Barthélémy Dias, jugé pour meurtre après le décès de Ndiaga Diouf, un jeune homme tué par balle lors d’une manifestation à Dakar, en 2011.

“Le juge a-t-il fait droit à la volonté d’apaisement du président Macky Sall ?”, se demande Le Témoin Quotidien.

 

“Nous pensons que c’est une excellente chose. Ça permet d’apaiser la situation”, affirme Vox Populi, citant l’avocat Ousseynou Fall, conseil du maire de Dakar dans ce procès.

 

“Le verdict sera rendu deux mois après les élections législatives”, fait-t-il remarquer.

L’Info rappelle que, lors du jugement en appel, le procureur a demandé l’infirmation de la peine de deux ans de prison dont six mois ferme requise en première instance et à condamner M. Dias à cinq ans de prison ferme.

 

“Le calvaire de [Barthélémy Dias] continue”, lit-on dans Sud Quotidien. De toute façon, M. Dias dirigera la mairie de Dakar pendant les cinq prochaines années, jure son allié Ousmane Sonko, cité par le même journal.

 

Le Soleil s’est surtout intéressé à la consigne d’exécuter rapidement le programme spécial de désenclavement du pays, qui a été donnée aux membres du gouvernement par le chef de l’Etat, mercredi, en Conseil des ministres.

 

“Il est prévu la réalisation d’un linéaire de 2.700 kilomètres”, ajoute Le Soleil, concernant ce programme du gouvernement.

 

Les coupures d’électricité survenues récemment sont la cause d’un mauvais combustible livré à la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec), affirme Bés Bi Le Jour.

 

A la Senelec, ajoute-t-il, “les investigations se poursuivent pour situer les responsabilités”.

Partager l'article
Rédaction SENEWCOM
À Propos de l'Auteur

Rédaction SENEWCOM

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.